Skip to content

CONFERENCE 21 AVRIL 2013

2013

CONFERENCE : Dimanche 21 avril 2013 à 14h

 LA CONNAISSANCE EST EN NOUS 

Maison de l’écologie

Rue Basse Marcelle n°26

5000  NAMUR

Informations :

GSM : 0479/34.15.44

 

suziko0408@hotmail.com

 

Inscription souhaitée

Entrée libre

MEDITATION ET CONNAISSANCE DE SOI

2010

Apprendre à se connaître physiquement, psychiquement et spirituellement.

Apprendre à se relaxer, à respirer, à se concentrer, à méditer…

Voilà ce que nous vous proposons tout au long de notre programme.

Nous vous remercions pour votre visite et espérons vous revoir bientôt.

Contact: gnosebelgique@hotmail.com ou skype: pseudo suziko0408

OEUVRES ECRITES DU V.M.SAMAEL AUN WEOR

2010

Ordre chronologique et ésotérique
des œuvres écrites
du V.M. Samael Aun Weor

  1. La Porte d’entrée de l’initiation. Le mariage parfait de kinder ou la porte d’entrée à l’initiation est la première œuvre du Maître qui a été publiée. A la première page d’une édition postérieure, nous lisons: REPRODUTION AUTHENTIQUE DU LIVRE ORIGINAL EDITE EN 1950.
  2. La Révolution de Bel.- Le deuxième livre est publié quatre mois après la sortie du premier livre. Référence (selon J.M.V.): “La Révolution de Bel fut publiée en octobre 1950”.
  3. Cours Zodiacal.- Référence (selon J.M.V.): la première version de ce livre fut miméographiée en juin 1951 bien que sa publication sous forme de livre eut lieu plus tard. Il faut savoir que chacun des chapitres de cette œuvre est un exercice mensuel correspondant à une des douze maisons zodiacales.
  4. Enseignements secrets d’un Gourou – Cette oeuvre est en fait un « journal » mais un journal ésotérique. Initialement, le Maître se trouve dans la deuxième initiation des Mystères Majeurs (corps éthérique. Le Maître est dans la Sierra Nevada, il vit également la troisième initiation ( le troisième serpent de feu qui correspond au corps astral) jusqu’au début de la quatrième initiation (le quatrième serpent de feu – corps mental -)
  5. Traité de médecine occulte et de magie pratique – Le Maître annonce la première version ainsi que l’édition de ce livre dans la « Révolution de Bel » en 1950. La seconde version du livre, corrigée et amplifiée, correspond au « Message de Noël » 1977/1978.
  6. Le livre de la Vierge du Carmel – Référence, dans la préface il est écrit : « Cette petite œuvre fut écrite en l’an 1952… »
  7. .Message suprême de Noël 1952– Référence dans la “Gnose au XXème siècle”.
  8. Les sept paroles. Occultisme élémental pour débutants.– Dans la troisième édition (corrigée par l’auteur) de Bogota (Colombie), imprimé en octobre 1969 et nous lisons à la fin du prologue : « Armenia, avril 1953 ».
  9. La rose ignée. Nous pourrions quasiment considérer cette oeuvre comme étant une extension du livre « Traité de médecine occulte et de magie pratique ». Il vaut mieux éviter cette considération car le Maître vit le processus de la quatrième initiation des Mystères Majeurs qui correspond au corps mental.
  10. Deuxième Message de noël 1953.- . Référence dans la “Gnose au XXème siècle”.
  11. Message de Noël 1954.- Référence dans la “Gnose au XXème siècle”.
  12. Traité d’alchimie sexuelle.Ce traité fut écrit avant l’année 1955.
  13. Volonté Christ.- Ce livre reflète tout ce que le Maître vit dans son processus initiatique lors de la cinquième initiation des Mystères majeurs. Ce livre est donc le guide pour ses disciples authentiques.
  14. Message pour le 27 octobre 1955.- Référence dans la “Gnose au XXème siècle”.
  15. Message suprême de Noël 1955. –Référence dans la “Gnose au XXème siècle”.
  16. Message de Noël 1956.- Référence dans la “Gnose au XXème siècle”.
  17. Les Mystères Majeurs.- Référence: au troisième chapitre intitulé “l’Arbre de la Vie » (états de la conscience). Dans la kabale, les nombres s’additionnent entre eux pour tirer le nombre cabalistique. Par exemple pour connaître le nombre cabalistique de l’année 1956, nous additionnons 1 + 9 + 5 + 6. Cela donne 21. 2 + 1 = 3, le nombre cabalistique de l’année 1956.
  18. Message de Noël 1957.- Référence dans la “Gnose au XXème siècle”.
  19. Traité ésotérique de théurgie.– Référence: à la fin du prologue de cette courte œuvre, nous lisons : Mexico D.F. le 25 novembre 1958. Cependant, par après dans le livre « Logos, mantra et théurgie », nous lisons Toluca, Mexico le 7 mars 1959. Le Maître résidera donc maintenant en dehors de la capitale du Mexique.
  20. Message de Noël 1958.-Référence dans la “Gnose au XXème siècle”.
  21. Message de Noël 1958-1959.- Référence dans la “Gnose au XXème siècle”.
  22. Logos, Mantra et théurgie.– Réference: “Parole finale. Toluca, Mexico le 7 mars 1959.”
  23. Suprême Message de Noël 1958-1959.- Référence dans la “Gnose au XXème siècle”.
  24. Message du Verseau. Référence : « Préface de l’auteur. 17 Août 1960. Ville de Mexico”. Plus loin, au chapitre XVI “Les sept sceaux”, nous lisons: En cette année 1958 (XX siècle), le cavalier rouge mange tranquillement… » et au chapitre XVII « les quatre Anges », cela se confirme par ce qui suit : « Aujourd’hui, 5 septembre 1958. »
  25. Suprême Message de Noël 1960-1961.-Référence dans la “Gnose au XXème siècle”.
  26. Suprême Message de Noël 1961-1962.-Référence dans la “Gnose au XXème siècle”.
  27. Magie christique aztèque. Nous avons la référence que ce fut initialement un cours monigraphique par correspondance dénommé “Les Commandeurs du Soleil”. Cela la meilleure carte de visite avec laquelle le V.M. Samael Aun Weor se donna à connaître au pays aztèque au début des années soixante.
  28. Le mariage parfait. Référence : Dans l’introduction de ce livre , on lit: “ Dans cette bataille de la nouvelle ère du verseau qui commence le 4 février 1962 entre 2 et 3 heure de l’après-midi, nous eûmes à apprendre que l’abîme est plein de personnes sincères qui sont toutefois dans l’erreur ainsi que de gens remplis de bonnes intentions.
  29. Suprême Message de Noël 1962-1963.-Référence dans la “Gnose au XXème siècle”.
  30. Suprême Message de Noël 1963-19649.-Référence dans la “Gnose au XXème siècle”.
  31. Message de Noël 1964-1965.– Référence : “Introduction. En ce Noël 1964…”. Le premier chapitre de ce livre s’intitule “L’organe Kundabuffer”.
  32. Message suprême de Noël 1965-1966.- Référence: il commence au premier chapitre, “La musique”.
  33. Les Mystères du Feu.
  34. Message de Noël 1966-1967.- Le collier du Bouddha. Référence : Salutations finales, “Bien-aimés frères, nous avons dit dans ce message de Noël 1966-1967… ». Le Chapitre I s’intitule l’Enfant Soleil.
  35. Message de Noël 1967-1968.- Les corps solaires qui commence par la chapitre « l’Atlantide ».
  36. Message de Noël 1968-1969. Référence dans la dédicace de ce livre appelé « judo cosmique » et qui s’appellera plus tard « Cours ésotérique de magie runique ». Le Maître intitule de livre « Message de Noël 1968-1969. A la fin du livre, on lit : « Mexico, le 14 mars 1968, 7ème année du Verseau. »
  37. Tarot et Kabale.- Référence : voir la « tonique du jour » 1969.
  38. Message de Noël 1969-1970.- Référence : dans les salutations finales de ce livre intitulé “Mon retour au Tibet”, on lit “Bien-aimés, nous avons terminé ce Message de Noël 1969-70. ». Le premier chapitre est « Les sept éternités ».
  39. Message de Noël 1970-1971. Référence: dans le prologue de ce livre appelé “Le Parsifal dévoilé”… se compose de 49 chapitres qui constitueront le Message de Noël 1970-1971, écrit à une octave supérieur. »
  40. Message de Noël 1971-1972.– Référence dans ce livre intitulé “Le Mystère de la fleuraison d’or”, au chapitre XXV “la perle séminale”, …arrivé à ce chapitre du Message de Noël 1971-1972. »
  41. Message de Noël 1972-1973.– Référence: livre “Les toirs montagnes”. Au chapitre II “Les enfers”…Dans ce Message de Noël 1972-1973, message ésotérique…”
  42. Traité de psychologie révolutionnaire.Référence: chapitre I “le niveau de l’Etre”… de ces temps ci (année 1974), j’ai observé un groupe de … » Ce livre constitue le Message de Noël 1975-1976.
  43. Oui, l’enfer existe; oui, le diable existe; oui, le karma existe.– Cette œuvre est le Message de Noël 73-74. Référence : au chapitre XXV « l’expérience directe »… Chers amis, aujourd’hui, 19 mars 1973, 11ème année du Verseau…
  44. Message de Noël 1974-1975.– Référence: livre “ la doctrine secrète d’Anahuac”. Au chapitre V “Il n’est pas superflu de rappeler dans ce Message de Noël 1974-1975 que la patience… »
  45. La grande rébellion.- Message de Noël 1976-1977.
  46. Traité de médecine occulte et de magie pratique.- Nous avons signalé au début de cet article que la seconde version de ce livre, corrigée et amplifiée, correspond au Message de Noël 1977-1978.
  47. Pistis Sophia dévoilée.– C’est actuellement l’oeuvre dont le contenu est le moins connu. Serait-ce parce que le Maître y a mis le plus élevé de son Etre et de son Savoir? Quoi qu’il en soit, Il restera dans ce livre les marques inoubliables d’une Grand Ame rendant infiniment grâce à qui la sauve, le Christ. Œuvre inachevée en raison du fait que le processus ésotérique de Samael culmine avec la désincarnation du Maître le 24 décembre 1977.

Autres livres:

  • Notions fondamentales d’endocrinologie et de criminologie.
  • Le livre jaune.
  • Traité ésotérique d’astrologie hermétique.
  • Education fondamentale.
  • La transformation sociale de l’humanité.
  • Le Christ social.
  • Le livre des morts.
  • La plateforme du P.O.S.C.L.A.

LA TRADITION GNOSTIQUE

2010

 

Il est important de souligner que nous possédons peu de données objectives dans la plupart des investigations réalisées sur les maîtres gnostiques primitifs et leurs écoles.

Du point de vue du véritable gnosticisme, les seules écoles qui sont considérées comme étant d’authentiques écoles de régénération sont celles qui partagent non seulement l’exposé mythique essentiel (la Divinité suprême comprenant la chute « pléromatique »[1] et le Démiurge[2] architecte – le Christ, prototype psychologique de perfection – la philosophie du vide dans l’Agnosthos Theos) mais qui enseignent également aux étudiants les disciplines et les techniques adéquates leur permettant d’incarner le Christ Intime et de se libérer de la dictature du Démiurge.

Le mythe gnostique synthétisé ci-dessus, nous pouvons, pour le moins, parler de ces êtres qui ont servi de véhicule pour la diffusion de la gnose.

Pour comprendre le bouillon de culture dans lequel apparaissent les écoles gnostiques, nous devrons nous transporter dans la cité d’Alexandrie (port méditerranéen d’Egypte) et imaginer comment était cet endroit au deuxième siècle de notre ère. L’Orient et l’Occident y fraternisaient, les enseignements chrétiens naissants s’y fondaient comme dans un creuset : les mystères de l’Egypte millénaire, la sagesse de l’Extrême-Orient, les écoles grecques de mystères, la connaissance ancestrale de la cabale hébraïque et les antiques traditions magiques de la Perse (Iran) et de Babylone (Bagdad-Irak).

Ces premiers siècles de la chrétienté, où le concept « Christ » et sa transcendance révolutionnent complètement les exposés caduques du passé, permettent à ceux qui reçoivent de la part des apôtres, la sagesse occulte, d’établir leurs enseignements dans un climat de liberté, de respect et de tolérance envers les idées d’autrui.

Cette Alexandrie du IIème siècle, où se fusionnent toutes les races, tous les continents, toutes les époques et credos connus, sert d’endroit pour les enseignements des trois maîtres gnostiques fondamentaux de l’époque.

– VALENTIN : (Valentinius) fut le plus important des maîtres gnostiques. Il naquit en Égypte et fut éduqué à Alexandrie. Il enseigna à Rome entre 135 et 160. Il était candidat pour être évêque de Rome en 143. Ses conceptions ésotériques le firent excommunier

– BASILIDE : était un gnostique paléochrétien qui enseignait à Alexandrie au début du IIème siècle

– CARPOCRATE : philosophe gnostique du IIème siècle, natif d’Alexandrie.

C’est à Alexandrie que cette connaissance gnostique, avec ses différentes branches, apparaîtra pour s’établir par après dans la Rome impériale où existaient des communautés gnostiques fondées au premier siècle par Saint Paul. Ensuite, elle s’étendra, tel un lierre, à tout l’empire romain, depuis l’Espagne jusqu’à l’Asie Mineure en passant par les îles de la méditerranée, la Grèce, l’Arménie, la Mésopotamie, etc… Les nombreuses divisions et subdivisions qu’elle connut n’en ont pas permis l’extirpation totale.

C’est du IIème au IVème siècle que la gnose classique fleurira au sein du christianisme institutionnel ou dans son ombre jusqu’à ce que finalement l’école valentinienne soit expulsée par l’église officielle et les nouveaux chrétiens « catholiques » (du grec : universel), alliés au pouvoir terrestre et figés dans les dogmes et le fanatisme, commencèrent à persécuter les chrétiens « hérétiques » (du grec choisir),

Le Colloque international sur les origines du gnosticisme s’est tenu à l’université de Messine du 13 au 18 avril 1966 avec la International Association for the History of Religions et la Società italiana di stori delle religioni [1]. Le colloque avait pour but d’étudier les origines et la définition du gnosticisme et de la gnose. Soixante neuf universitaires ont participé au colloque, quinze autres ont envoyé des textes.

Les participants du colloque ont convenu de définir le gnosticisme comme « un certain groupe de systèmes du IIème siècle ap.J.C que tout le monde s’accorde à nommer ainsi » et la gnose comme une « connaissance des mystères divins réservés à une élite »» [2]

Références

1. Colloque de Messine [archive]

2. Ugo Bianchi The Origins of gnosticism: colloquium of Messina, 13-18 April 1966 Volume 12 of Studies in the history of religions, Brill Archive, 1967 p. XXVI.

DEFINITION

La Gnose est une fonction très naturelle de la Conscience, une Philosophie Perennis et Universalis, qui, de tout temps, a été occultée dans le symbolisme et la philosophie. La Gnose est le principe intelligent qui répond à ces trois éternelles questions: Pourquoi? Comment? Où?

La Gnose est une émotion profonde, supérieure qui nous mène à la recherche de tout ce que l’art magistral ou Ars Regia de la nature contient de plus beau et de plus sublime. La science gnostique est mathématique dans l’investigation et exacte dans l’expression.
La Gnose est, irrévocablement, ce principe cosmique éternel revêtu par les formes religieuses de chaque race, peuple ou culture, suivant les caractéristiques de chaque époque. Elle est une doctrine de synthèse, contenant des valeurs qui lui sont propres et permettant au chercheur sincère de parvenir à l’essence même du savoir universel.

« Ne crois rien parce qu’on t’aura montré le témoignage écrit de quelque sage ancien. Ne crois rien sur l’autorité des maîtres et des prêtres. Mais ce qui s’accordera avec ton expérience et après une étude approfondie, satisfera ta raison et tendra vers ton bien. Cela, tu pourras l’accepter comme vrai et y conformer ta vie. »

Siddharta Gautama Bouddha.

« L’étude est une lampe qui illumine les ténèbres de notre ignorance. »

Dzigar kongtrul Rinpoché.

« Une erreur n’est pas une vérité parce qu’elle est partagée par beaucoup de gens, tout comme une vérité n’est pas fausse parce qu’elle est émise par un seul individu. »

Gandhi

« La connaissance n’est pas un dû mais une quête volontaire. »


[1] Plérôme est un terme grec qui signifie "Plénitude". Il désigne également le monde céleste, formé par l"ensemble des Eons (Les Gnostiques entendent surtout par Eons les diverses émanations de Dieu, rencontrées au cours de leur périple initiatique, jusqu’au Plérôme) que le gnostique atteindra à la fin de son aventure terrestre. On retrouve une quinzaine de fois ce terme dans le Nouveau Testament [. Il est présent dans la pensée platonicienne et dans certains textes de C.G Jung.

[2] Démiurge : du grec dêmiourgos, créateur de l’univers.

CHRONOLOGIE

2010

27-30 après Jésus-Christ ———–Prédication publique de Jésus de Nazareth.

30 après Jésus-Christ (approx.) — Crucifixion de Jésus de Nazareth.

30-60 ——————————-Activité de Paul.

70-80 ——————————-Rédaction des Evangiles de Luc, Matthieu et Thomas.

90-100 —————————– Rédaction de l’Evangile selon Saint Jean.

120-130 —————————- Rédaction des principaux Evangiles de Nag Hammadi.

140 ——————————— Valentin se rend à Rome.

150-215 —————————–Clément d’Alexandrie.

161 ———————————-Mort de Valentin.

Fin du IIème siècle ——————Implantations carpocratiennes en Espagne.

177 ———————————-Augmentation de la persécution et martyre des chrétiens par l’empereur Marc-Aurèle.

205-270 —————————–Plotin, philosophe néo-platonicien.

IIème-IVème siècle —————–Eclosion des groupes gnostiques chrétiens.

249-259 —————————–Persécution intense et martyre des chrétiens.

313 ———————————-Conversion de Constantin après son triomphe à la guerre.

320 ———————————-Schisme donatiste.

323 ———————————-Hérésie de l’arianisme.

325 ———————————-Concile de Nicée. Textes canoniques et Credo.

350 ———————————-Les codex de Nag Hammadi sont rassemblés.

367 ———————————-Ordre de détruire les textes « apocryphes » non adoptés à Nicée. Les textes de Nag Hammadi sont cachés.

380 ———————————–Théodose Ier, édit de Thessalonique. Porte ouverte à la persécution des chrétiens par les chrétiens.

385 ———————————-Martyre de Priscillien et de ses disciples. Mort des premiers chrétiens, supprimés par des chrétiens. Les groupes gnostiques s’échappent dans la clandestinité.

455 ———————————–L’empereur Valentinien III concède à l’évêque de Rome Léon Ier, le titre de primat de tous les évêques.

543 ———————————–Excommunication d’Origène et condamnation de ses postulats.

553 ———————————–Concile de Constantinople. Rejet officiel de la doctrine de la réincarnation.

752 ———————————–Apparition des Etats Pontificaux.

757-980 ——————————La dégénération du pape atteint des limites insoupçonnées.

872 ———————————–Victoire militaire sur les gnostiques pauliciens d’Arménie.

950 ———————————–Activité bogomile en Bulgarie et en Bosnie. Croisade militaire qui y met fin.

1054 ———————————-Schisme d’Orient ; séparation de l’église de Rome et de l’église de Byzance.

1118 ———————————-Fondation de l’Ordre du Temple.

1130 ———————————-Début de ce qui fut appelé « Le siècle des cathédrales gothiques ».

1163 ———————————-Premières mesures des évêques catholiques contre les Cathares. Ier concile cathare.

1172 ———————————-Légat du pape assassiné à Saint Gilles. Innocent III appelle aux armes contre les Cathares.

1217 ———————————-Fin de la première croisade contre les Cathares.

1230 ———————————-Arnaud de Villeneuve publie le « Rosaire »

1232 ———————————-Grégoire IX établit l’inquisition.

1244 ———————————-Défaite finale des Cathares à Montségur.

1252 ———————————-Innocent IV autorise l’emploi de la torture par l’inquisition.

1280 ———————————-Fin du « siècle des cathédrales gothiques ».

1307 ———————————-Dissolution de l’Ordre du Temple.

1314 ———————————-Jacques de Molay, dernier Grand Maître des Templiers, meurt sur le bûcher. Mort de Raymond Lulle.

1330-1418 —————————-Nicolas Flamel.

1378 ———————————–Naissance du chevalier mythique « Christian Rozenkreutz ».

XIVème-XVème siècle —————-La franc-maçonnerie commence à s’organiser depuis les confréries des constructeurs.

1480 ———————————–L’inquisition s’implante en Espagne.

1486-1535 —————————-Cornelius Agrippa.

1493-1541 —————————–Paracelse.

1510 ———————————–Luther à Rome. Origine du schisme protestant.

1545 ———————————–Etablissement obligatoire du célibat au Concile de Trente.

1600 ———————————–Giordano Bruno est brûlé sur le bûcher à Rome.

1614 ———————————–Publication de la « Fama Fraternitatis » rose-croix.

1616 ———————————–Publication des « Noces Chymiques » de Christian Rozenkreutz.

1714 ———————————–Apparition de l’Ordre de la Rose Croix Dorée.

1785 ———————————–Découverte de la Pistis Sophia à Louxor.

XIXème siècle ————————-« Ordre de la Rose Croix ésotérique » de Hartmann.

1875 ———————————–Fondation de la Société Théosophique.

XIX siècle (vers la fin) —————–Karl Kellner reçoit « les clés » en Orient. A son retour en Europe, il fonde l’O.T.O (Ordo Templis Orientis).

XXème siècle (début) —————–Krumm-Heller fonde la F.R.A.(Fraternitas Rosicruciana Antiqua), issue de la fusion de l’O.T.O et de l’Ordre de Hartmann. Société anthroposophique de Steiner. Gurdjieff apporte en Europe les enseignements du quatrième chemin.

1912 ————————————La revue maçonnique Oriflamme annonce le Grand Arcane.

1917 ————————————Naissance de Samael Aun Weor en Colombie.

1932-1945 ——————————Samael Aun Weor reçoit son instruction ésotérique, entre autres, dans la Société Théosophique et dans la F.R.A. de Krumm- Heller.

1945 ————————————Découverte de la bibliothèque de Nag Hammadi.

1949 ————————————Mort de Krumm-Heller et de Gurdjieff.

1950 ————————————Samael Aun Weor publie « Le mariage parfait » donnant ainsi la naissance du Mouvement Gnostique contemporain.

1977 ————————————Publication en anglais des textes de Nag Hammadi. Désincarnation de Samael Aun Weor.

(extrait du livre "Gnosis Tradicion y Revelacion" de Rafael Vargas et Javier Casañ)

L’OPPORTUNITE GNOSTIQUE

2010

En regardant le calendrier depuis l’ère chrétienne, nous nous trouvons à la fin du deuxième millénaire avec tous les événements prophétiques, sociaux et humains qui accompagnent toujours la fin d’un cycle. C’est une période propice pour faire le point sur l’histoire de notre race et réfléchir sur ces temps critiques de l’agonie d’une civilisation, et ainsi passer à un nouveau projet de l’intelligence universelle sur la scène de notre planète. En nous tournant vers le passé, nous pouvons observer de manière étonnante, l’effort continu produit par la divinité à travers la Loge Blanche et ses Maîtres de sagesse pour conférer de réelles opportunités, à tous les Etres qui stimulent leur Essence sur le chemin de la régénération. Nous pouvons affirmer sans crainte de nous tromper que l’humanité a toujours eu, à quelque époque ou lieu que ce soit, publiquement ou secrètement, l’opportunité d’être admis dans les mystères de la science de l’auto réalisation de l’Etre. Si nous réfléchissons au passé, nous constaterons que ces mystères du gnosticisme universel furent connus à différentes époques par toutes les cultures pré-américaines qui vibrèrent intensément avec les rayonnements maya et toltèque. Les Olmèques, les Zapotèques, les Quechuas, les Incas, les Kogis, les Lakotas et les descendants propres des Mayas et des Toltèques détinrent les clés du Grand Arcane que nous dévoilerons dans ce livre à travers les écrits du gnosticisme primitif. En même temps, tout comme aussi à différentes époques, des collèges initiatiques existèrent en Egypte, au Tibet, en Chine, en Inde et aussi dans l’Europe des druides (fils de serpent) et des Mystères nordiques. Cela prouve la sagesse serpentine des peuples chaldéens (mages du feu), assyriens (héritiers de l’Osiris Syrien), des peuples de la Mésopotamie, de l’Etrurie et que dire des mystères grecs. Et comme nous le constaterons tout au long de ce travail, ces clés de la sagesse ancestrale furent par après revitalisées par les initiés hébreux, les chrétiens gnostiques primitifs et, poursuivant leur exemple, par toutes les écoles de régénération qui suivirent : le soufisme islamique, les bogomiles, les cathares, les templiers, les loges des constructeurs, les alchimistes médiévaux, les maçons et les rosicruciens. C’est par tous ceux-ci – bien que pas exclusivement- et par l’incarnation de l’Avatar de l’ère du verseau, le V.M. Samael Aun Weor, que les mystères parvinrent à nouveau aux cinq continents à travers le mouvement gnostique contemporain, comme fin dernière des « festivités » et rappel à l’ordre, pour les essences peu enthousiastes qui, bien qu’elles soient stimulées par leurs Monades, n’ont pas encore réalisé l’opportunité gnostique en elles. S’il y a bien une chose de laquelle l’humanité ne peut pas se plaindre, c’est du manque d’opportunités pour l’auto réalisation. Les clés des Mystères ont existé de tout temps sur la terre. Il y a toujours eu des Maîtres de sagesse chargés de guider les néophytes dans la quête de la Vérité, celle-ci ne pouvant être expérimentée que de manière individuelle et avec l’aide de techniques précises révélées par un authentique Initié. Les principes gnostiques resplendissent dans la sagesse des peuples de toutes les époques. Ces principes brillent, immarcescibles, dans les textes sacrés des premiers pères du gnosticisme chrétien. Ils nous sont rendus compréhensibles grâce aux clés initiatiques reçues du fondateur du mouvement gnostique contemporain. Mais pour s’élever à la réalisation majestueuse de l’Etre, il est nécessaire d’associer la connaissance reçue de la Tradition au développement progressif de la Révélation gnostique, en chaque Initié. C’est seulement ainsi que la transmission de la connaissance est pleinement complète et que l’homme s’élève au-delà de la poussière des livres, qui est la poussière des siècles, jusqu’aux cimes majestueuses de la présence intime de l’Etre, présence établie de son propre chef dans les domaines de l’éternité. Nous devons donc définir ce qui est considéré comme étant la « tradition gnostique » et que nous appelons la « révélation » intime de l’Etre.

 (extrait du livre "Gnosis Tradicion y Revelacion" de Rafael Vargas et Javier Casañ)

LE MYTHE GNOSTIQUE

2010

Le mythe gnostique.

Comme nous l’avons vu, la définition de “gnose” et de “gnosticisme” est beaucoup plus exigeante au sein du Mouvement Gnostique. Il n’est pas seulement question de partager une doctrine déterminée reçue de la tradition, mais il faut également s’élever à la révélation intime et corroborer en soi la réalité de cette doctrine. Nonobstant, les propos de ce respectable auteur (cfr Franscisco Garcia Bazan) sur le gnosticisme nous situent au centre du champ fécond de la gnose classique : une période merveilleuse de l’histoire de cette humanité qui vit naître en son sein certains des plus grands Initiés de leur époque ; des individus qui développèrent dans leur psyché les mystères profonds de la Gnose du Père de toutes les lumières ; mystères qu’ils firent briller dans leurs écoles, leurs enseignements et leurs manuscrits qui nous sont parvenus, traversant toutes les barrières du temps et de l’intolérance de l’homme endormi .

En tenant compte de cela et comme nous l’avons déjà vu, bien que la « Gnose » el les gnostiques n’ont pas de frontières idéologiques ni de limites dans le temps, nous devons indubitablement parler d’une Gnose classique, plus ou moins contemporaine aux enseignements du Christ-Jésus. C’est résolument la Gnose du siècle des Antonins (empereurs romains : Nerva, Trajan, Hadrien, Antonin le pieux, Marc Aurèle, Commode) et de la grande paix romaine. Et seulement de ce point de vue vinrent ensuite les gnostiques par excellence : Basilide, Valentin, Carpocrate, Ptolémée, etc. dont nous analyserons les écoles et les enseignements dans ce chapitre et dont nous dévoilerons les textes les plus caractéristiques tout au long de ce livre.

Mais auparavant, il est indispensable pour le bien de la grande cause que nous rendions le « mythe gnostique » plus clair. Celui-ci sera développé postérieurement par l’analyse des œuvres fondamentales des premiers pères du gnosticisme Ses aspects essentiels que nous traiterons sont les suivants :

– La Divinité suprême (comprenant la chute pléromatique et le Démiurge Architecte).

– Le Christ, prototype psychologique de perfection.

– La philosophie du vide en l’Agnostos Theos.

 (extrait du livre "Gnosis Tradicion y Revelacion" de Rafael Vargas et Javier Casañ)